POUR DIFFUSION IMMÉDIATE - Le NPD réaffirme qu’il est temps de mettre fin aux prêts à des conditions abusives

OTTAWA – Alors que le coût de la vie ne cesse d’augmenter et que les gens ont du mal à joindre les deux bouts, le gouvernement Trudeau est incapable de fournir l’aide dont la population a besoin de toute urgence. N’ayant nulle part où se tourner, certaines personnes continuent d’emprunter à des taux d’intérêt élevés. Cette semaine, le député néo-démocrate Peter Julian (Burnaby–New Westminster) a déposé de nouveau un projet de loi visant à protéger les personnes à faible revenu et les autres personnes vulnérables contre les pratiques de prêts à des conditions abusives.

« Beaucoup de gens ont vu leur situation financière se détériorer ces deux dernières années. En raison de cette pandémie, de nombreuses personnes sont obligées de se tourner vers des prêteurs proposant des taux d’intérêt élevés pour joindre les deux bouts, a déclaré M. Julian. Alors que les riches s’enrichissent, le gouvernement continue de fermer les yeux sur l’exploitation des plus pauvres et des plus vulnérables. Les gens ne doivent pas être contraints de contracter des prêts à des conditions abusives parce qu’ils traversent une période difficile, et ce projet de loi va limiter les dommages que ces prêts pourraient causer. »

Selon Statistique Canada, plus de trois millions de personnes vivent sous le seuil de la pauvreté. Beaucoup de gens à faible revenu ont recours à des prêts à taux d’intérêt élevé pour se nourrir, payer leur loyer ou répondre à leurs besoins essentiels. Le gouvernement de Justin Trudeau a très peu réglementé ces prêts, et les néo-démocrates demandent une meilleure réglementation afin que les gens ne soient pas pris au piège dans une spirale d’endettement perpétuel. À un moment où tant de personnes sont en difficulté, les bureaux de crédit à des conditions abusives ne devraient pas être autorisés.

Appuyé par la députée néo-démocrate Lori Idlout (Nunavut), le projet de loi C-213 prévoit modifier le Code criminel afin d’abaisser le taux d’intérêt maximal légal de 60 % à 30 %. Il compte également abroger l’échappatoire du taux d’intérêt criminel sur les conventions de prêts sur salaire. Les Premières nations, les Inuits et les Métis, en particulier ceux et celles qui vivent dans les centres urbains, sont victimes de ces pratiques de ces prêteurs à conditions abusives.

« Les taux d’intérêt élevés peuvent parfois atteindre 500 % voire 600 % sur les prêts, a précisé M. Julian. L’une de mes électrices a emprunté 700 $ il y a quelques années. À ce jour, elle a payé 13 000 $ en frais d’intérêt et doit toujours les 700 $. C’est du prêt usuraire légalisé. Le gouvernement de Justin Trudeau ne voit aucun problème dans cette pratique, ce qui prouve qu’il se moque éperdument des gens. Il est temps que le gouvernement fédéral intervienne et réglemente ces prêteurs à conditions abusives. »

Le premier ministre Trudeau a promis de réduire le taux d’intérêt des prêts remboursables par versements dans le budget 2021 et dans la plateforme électorale du Parti libéral. Dans La Mise à jour économique, alors que la pandémie se poursuit et que le coût de la vie ne cesse d’augmenter, les néo-démocrates demandent au gouvernement libéral d’adopter les mesures claires contenues dans ce projet de loi afin de rendre la vie plus abordable pour toute la population canadienne.
 

– 30 –


Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Centre des médias du NPD : 613-222-2351 ou [email protected]

Visualiser dans votre navigateur: http://www.npd.ca/nouvelles/le-npd-affirme-quil-est-temps-de-mettre-fin-aux-prets-des-conditions-abusives

Les Services offerts en circonscription
Attend an Event

Recevoir les mises à jour

Restez connecté•e avec Peter