À LA CHAMBRE~ Question ~ Le gouvernement Harper refuse de répondre aux questions les plus simples sur l'Irak

lang_blog_post_outdated

Mr. Peter Julian (Burnaby—New Westminster, NPD): Monsieur le Président, les Canadiens terminent la semaine avec autant de questions sur la mission de combat mal définie du gouvernement en Irak qu'ils en avaient au début de la semaine.

Une chose est maintenant claire: les conservateurs poussent le Canada dans cette mission de combat avec peu de planification et aucune réponse véritable quant à nos objectifs et à notre stratégie de retrait. Cela crée une situation impossible.

Comment le ministère de la Défense nationale peut-il produire un plan pour une mission si mal définie par le gouvernement?

Hon. Chris Alexander (ministre de la Citoyenneté et de l'immigration, PCC): Monsieur le Président, nous avons clairement défini l'orientation de la mission. Sous la direction du président Obama, 60 pays se sont joints à la coalition pour s'opposer à l'EIIL, et le Canada est déterminé à apporter sa contribution pour mettre fin aux ravages et au massacre de civils auxquels se livre sans discrimination cette organisation terroriste aux opinions extrémistes sans précédent.

La mission comprend une composante militaire, notamment le déploiement de membres de l'Aviation royale canadienne, et nous sommes fiers du rôle que nos militaires sont prêts à assumer.

M. Peter Julian (Burnaby—New Westminster, NPD): Monsieur le Président, prenons un simple exemple: le gouvernement se vante de protéger les Canadiens contre le groupe armé État islamique, mais au comité parlementaire on a vu que la réalité est tout autre. Le gouvernement s'est montré incapable de lutter contre la radicalisation de certains individus.

Comment se fait-il que 130 individus ont pu quitter le Canada pour participer à des activités terroristes sans déclencher la moindre action de la part de ce gouvernement? Pourquoi n'ont-ils rien fait?

L'hon. Steven Blaney (ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, PCC): Monsieur le Président, nous prenons la menace terroriste au sérieux, au Canada. C'est la raison pour laquelle nous avons mis en place la loi pour combattre le terrorisme qui nous permet spécifiquement de porter des accusations criminelles envers les individus qui voudraient voyager pour commettre des attentats terroristes. Pourquoi le député et son parti se sont-ils opposés à cette loi essentielle pour assurer la sécurité des Canadiens?

M. Peter Julian (Burnaby—New Westminster, NPD): Monsieur le Président, ce n'est pas seulement le plan pour lutter contre le groupe armé État islamique, ici, au Canada, qui est problématique. Depuis plusieurs jours, nous posons des questions dans la Chambre pour savoir si les conservateurs comptent mener des opérations de combat en Syrie. Le gouvernement refuse de répondre aux questions les plus simples.

Les conservateurs n'avaient pas à inclure la Syrie dans leur motion; ils l'ont fait quand même.

Pourquoi la mission de combat proposée par les conservateurs inclut la Syrie s'ils n'ont pas l'intention d'y aller? Pourquoi ce manque total de clarté?

L’hon. Chris Alexander (ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, PCC): Monsieur le Président, la mission de combat canadienne est très claire. Nous n'entreprenons aucune opération militaire contre quelque État que ce soit. Nous entreprenons une mission militaire de combat contre l'organisme terroriste État islamique, et nous allons la mener en Irak, avec la permission des autorités irakiennes. La vraie question que les Canadiens se posent, c'est pourquoi le NPD insiste pour que le Canada ne fasse absolument rien à cet égard pour appuyer l'effort militaire international?

Les Services offerts en circonscription
Attend an Event

Recevoir les mises à jour

Connectez-vous avec Peter