À LA CHAMBRE ~ question ~ Canada et le prix fossile du jour à COP21

M. Peter Julian (New Westminster—Burnaby, NPD):

Monsieur le Président, cette semaine, le Canada est de retour dans le temple de la renommée de la honte pour ce qui est des changements climatiques.

Dans un premier temps, le gouvernement s'est présenté aux négociations de Paris sans avoir modifié les cibles peu ambitieuses du gouvernement conservateur. Maintenant, il empêche la conclusion d'une entente parce qu'il n'est pas d'accord au sujet de l'indemnisation des populations les plus pauvres de la planète.

Compte tenu de cette position, le Canada s'est mérité le prix fossile du jour. Voilà qui rappelle le gouvernement précédent. On peut dire que c'est du déjà vu.

Quand ce gouvernement va-t-il arrêter de bloquer les négociations et enfin faire preuve de véritable leadership en matière de changement climatique?

L'hon. Stéphane Dion (ministre des Affaires étrangères, Lib.):

Monsieur le Président, c'est tout à fait le contraire. Pour la première fois, depuis 10 ans, le Canada est un leader dans la lutte aux changements climatiques.

Au lieu d'être à la traîne, le Canada fait figure de chef de file. Voilà du changement. Nous devons féliciter la ministre de l'Environnement et du Changement climatique d'avoir été chargée d'un rôle de facilitatrice par le président de cette 21e Conférence des Parties, qui se tient à Paris. Voilà qui montre que la ministre fait de l'excellent travail pour atteindre le résultat que nous souhaitons dans la lutte contre les changements climatiques.

Le Canada est de retour.