À LA CHAMBRE ~ Question ~ à propos de nos Anciens combattants

    M. Peter Julian (Burnaby—New Westminster, NPD): Monsieur le Président, 1 000 professionnels chargés d'aider nos anciens combattants ont perdu leurs emplois. Il s'agit d'un employé sur quatre et de neuf bureaux régionaux fermés et le premier ministre prétend que ce ne sont que des bureaucrates. Quel mépris tant pour nos fonctionnaires que pour nos anciens combattants qui ne reçoivent pas les services nécessaires! Au lieu de mettre à la porte les fonctionnaires qui aident nos anciens combattants, pourquoi le premier ministre ne mette-il pas à la porte le ministre qui ne fait rien pour les anciens combattants?

    Hon. Julian Fantino (Minister of Veterans Affairs, CPC): Mr. Speaker, our government will continue to ensure that we have the right people in the right locations to assist our veterans and their families. We have invested in new front-line medical facilities for Canadian veterans and their families. We have been opening military family resource centres in seven locations across the country to medically-releasing veterans and their families. We will continue to make improvements while the opposition opposes all these measures.

    M. Peter Julian (Burnaby—New Westminster, NPD): Monsieur le Président, nous au NPD, nous nous battons pour les anciens combattants. Les conservateurs se battent contre les anciens combattants, même devant les tribunaux. Les conservateurs prétendent, devant les tribunaux, qu'ils n'ont jamais promis de prendre soin de nos militaires blessés. Selon l'avocat du gouvernement, ce n'était pas des promesses formelles, c'était juste des discours politiques. Incroyable! Pourquoi les conservateurs reprochent-ils aux anciens combattants d'avoir cru aux promesses conservatrices?

    Hon. Julian Fantino (Minister of Veterans Affairs, CPC): Mr. Speaker, the irony of all of this is that I can rhyme off a litany of issues that the party opposite has not supported, all of which have gone to help support our veterans and the programs and services for them and their families. At this point in time it is most unfair for any of us to comment on a case now before the courts.