À LA CHAMBRE ~ Question ~ À la défense de notre radio et de notre télé publiques

    M. Peter Julian (Burnaby—New Westminster, NPD): Monsieur le Président, nous devons plutôt avoir honte des mesures prises par le gouvernement.

    Radio-Canada, c'est la locomotive de la production télévisuelle à Montréal, et dans bien des communautés francophones en situation minoritaire, elle est la seule source de nouvelles, comme dans l'Ouest canadien.

    La ministre et ses prédécesseurs ont pris le contrôle de Radio-Canada en noyautant son conseil d'administration. Les hommes de main de la ministre ont entrepris de saccager notre diffuseur public. Un emploi sur quatre sera supprimé.

    Pourquoi le gouvernement attaque-t-il Radio-Canada et la culture au Canada?

    L’hon. Shelly Glover (ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, PCC): Monsieur le Président, encore une fois, Radio-Canada gère ses opérations indépendamment de ce gouvernement.

    Quant au fait que le radiodiffuseur respecte le droit aux deux langues officielles, comme l'a dit le président, Hubert Lacroix, cela fait clairement partie de l'ADN du radiodiffuseur.

    Nous allons continuer de donner la somme significative de 1,1 million de dollars à Radio-Canada, qui devra prouver qu'elle remplit son mandat en vertu de la Loi sur la radiodiffusion.