À LA CHAMBRE ~ Déclaration hebdomadaire

M. Peter Julian (Burnaby—New Westminster, NPD):

Monsieur le Président, nous avons certainement appris cette semaine ce qui intéresse vraiment les conservateurs.

Seraient-ce les 400 000 emplois manufacturiers perdus au pays? Non, ce n'est pas cela. Serait-ce l'accès insuffisant aux garderies dans tout le pays? Non, ce n'est pas cela.

Ce qui intéresse les conservateurs, comme l'a signalé un membre du caucus conservateur national, c'est la température de leur fromage. Ces conservateurs amateurs de camenbert sont plus intéressés par cette question que par les questions essentielles.

Nous aimerions leur suggérer de s'en faire davantage pour l'état « atroce » de l'économie canadienne, comme l'a qualifié le grand patron de la Banque du Canada. Ils devraient se préoccuper davantage de l'endettement record des familles canadiennes. Les gens disent que les temps sont durs sous les conservateurs et la preuve en est faite pour la famille canadienne moyenne.

Les conservateurs devraient, bien entendu, s'inquiéter des compressions faites, sous leur règne, dans la salubrité des aliments et la sécurité ferroviaire, qui ont tragiquement coûté la vie à des dizaines de Canadiens. Ils devraient s'en faire pour les 1 200 femmes autochtones disparues ou assassinées. Ce sont là des questions dont, à mon avis, la plupart des Canadiens estiment que le gouvernement devrait se préoccuper.

Il ne reste que 200 jours d'ici la fin du mandat de l'actuel gouvernement, le 19 octobre. Voilà une bonne nouvelle. Seulement 200 jours avant que les Canadiens se prononcent sur l'indifférence du gouvernement envers ce qui les préoccupe.

Je suis convaincu que les Canadiens feront le bon choix le 19 octobre. Ils diront « non » à l'actuel gouvernement et « oui » à un nouveau gouvernement néo-démocrate, qui fera passer leurs intérêts en premier.